Les origines et pratiques du Shiatsu

            Selon, la tradition, les techniques manuelles de massages proviendraient de la région de l'Inde. Petit à petit, elles s'exportent à l'Asie et se transforment sous l’influence du confucianisme et du taoïsme.

            Les traces écrites les plus anciennes de ces pratiques au Japon remontent au III millénaire avant notre ère. Il s'agit du Teate (mains dessus). Au VIIIème siècle, le Japon adopte le système médical chinois (acupuncture, moxibustion, pharmacopée chinoise, et massages). Au fur et à mesure du temps, les techniques de massages chinoises deviennent japonaises et elles connaissent leur apogée au XVIIème et XVIIIème siècle.

            A la fin du XIXème siècle, les pratiques occidentales (ostéopathie, chiropraxie) prennent la relève, et les techniques de massages de prévention sont réservés aux non-voyants. Le shiatsu arrive au début du XXème siècle, à la place des massages, sont exercés des pressions. Namikoshi ouvre la première clinique à utiliser ces soins en 1925. L'Empereur du Japon, voyant les résultats, demande aux praticiens de Shiatsu d'assurer la santé des japonais pendant la seconde guerre mondiale. Namikoshi ouvre alors son école en 1940.

            Depuis 1954, Le Shiatsu est reconnu comme médecine officielle au Japon et en 1957  le ministère de la santé japonais édite dans le livre Théories et pratiques  du shiatsu  la définition suivante : « Le Shiatsu se réfère à l’utilisation des doigts (shi) et des paumes des mains pour appliquer des pressions (atsu) sur des régions déterminées du corps, avec l’intention de corriger les déséquilibres du corps et pour maintenir et préserver la santé … »

             Le shiatsu arrive en France dans les années 70. Il est introduit notamment par Kagotani, Kawada, Tokuda...

En 1997, le Parlement Européen reconnaît le shiatsu comme "médecine non conventionnelle digne d'intérêt".

Depuis juillet 2015, la France reconnaît le shiatsu en tant que discipline en créant le titre d’État de « spécialiste en shiatsu ».


 

croissance nouvelle